Technologies, démocratie et santé : les résultats du projet TOPICs à mi-parcours

À mi-parcours, les résultats obtenus montrent un accroissement de la participation de la population et des agents de santé pour exprimer leur opinion sur leur système de santé.

 

Les 16 et 17 février dernier, à Cotonou (Bénin), un atelier délibératif réunissait les équipes du projet Technologies participation citoyenne en santé (TOPICs) du Bénin, de la République Démocratique du Congo (RDC) et du Burkina Faso pour mettre en commun les résultats du projet à mi-parcours et partager les leçons apprises. Coorganisé par l’Unité de santé internationale (USI), l’Équipe RENARD, l’Institut de Recherche pour le développement (IRD), le Centre de recherche pour la reproduction humaine et la démographie (CERRHUD), le Réseau national des ONG pour le développement de la femme (RENADEF), et Action-gouvernance-interaction-renforcement (AGIR-SD), l’événement s’est tenu en présence des expert.es des différentes organisations impliquées dans le projet ainsi que des représentant.es des ministères de la santé du Bénin, de la RDC, du Burkina Faso.

Depuis 2017, le projet TOPICs intervient au Bénin en RDC et au Burkina Faso pour tester des technologies et collecter les opinions des citoyen.nes et des agent.es de santé et constituer des bases de données probantes afin d’orienter la prise de décision des gouvernements. L’atelier des 16 et 17 février derniers a permis aux acteur.trices du projet dans les trois pays de mettre en commun les résultats des collectes de données, les expériences des activités communautaires et de sensibilisation, de partager les leçons apprises et d’envisager les perspectives à venir. 

 

''Je suis très satisfaite de la mobilisation des acteurs, actrices et des partenaires du projet lors de cet atelier délibératif. Les résultats obtenus jusqu’à maintenant dans les trois pays sont des plus intéressants et démontrent bien l’intérêt d’utiliser les technologies pour aborder la participation citoyenne et les données probantes en appui aux politiques publiques en santé. TOPICs met de l’avant des innovations et approches qui pourront, si elles sont mises à l’échelle, améliorer non seulement la qualité des prestations de soins mais aussi la gouvernance en santé.'' soulignait Karina Dubois-Nguyen, directrice de l’USI, à l’issue des deux jours d’ateliers.

Lors de l’allocution de clôture des deux journées d’atelier, Jean Paul Dossou, directeur du CERRHUD, a rappelé l’importance du transfert de connaissances pour pérenniser les acquis du projet et pour permettre à chacun des trois pays d'apprendre aussi de l’expérience des deux autres. ''Je repars de cet atelier avec deux leçons clés que je tiens à partager. La première est que le transfert de connaissances est d’abord une exigence éthique. C’est une exigence éthique avant d’être un moyen au service de l’atteinte des résultats d’une politique ou d’un projet donné, tel que le projet TOPICs. Il ne saurait y avoir de production de connaissances sans transfert de connaissances. Le transfert de connaissances est une étape fondamentale dans le mouvement vers l’amélioration des conditions de vie des populations et nous sommes heureux de pouvoir compter sur l’expertise de l’Équipe RENARD en la matière. La seconde leçon pour moi est qu’ensemble nous pouvons atteindre de grands objectifs : en apprenant les uns des autres et en mutualisant nos énergies, avec patience, flexibilité mais aussi fermeté et sensibilité aux besoins des uns et des autres, avec une bonne coordination, nous pouvons atteindre de grands résultats.’’ Concluait M. Dossou.

L’USI félicite les acteurs, actrices et les partenaires du projet TOPICs pour leur mobilisation lors de ces deux jours d’atelier et pour leur contribution aux avancées du projet.

    

 

L'ASSOCIATION

NOS AXES D'INTERVENTIONS

NOS PARTENAIRES